Navigation
Menu de navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Environnement / Des alternatives aux pesticides

Des alternatives aux pesticides

Lors de l’entretien de vos espaces privés, de votre jardin ou de votre terrasse, vous utilisez peut-être certains produits spécifiques pour lutter contre des nuisibles (plantes indésirées, maladies des plantes, insectes ou petits animaux nuisibles, etc.). Ces produits sont communément appelés des pesticides. Mal utilisés, ils peuvent représenter un risque pour votre santé ou l’environnement.

Parmi les pesticides, les produits utilisés dans votre jardin pour protéger vos plantes et contrôler la présence d’un « ennemi » de celles-ci ou pour détruire certains végétaux (plantes indésirées) sont appelés des produits phytopharmaceutiques ou PPP. Les instructions fournies avec le produit (dosage, dilution, méthode d’application, etc.) permettent un traitement efficace mais également de limiter les risques pour l’utilisateur (brûlure, contamination, etc.) ou pour l’environnement. Il est donc primordial de respecter ces conditions d’utilisation. Les risques sont communiqués à l’aide de pictogramme imprimés sur l’étiquette du produit.

Exemple de pictogrammes : produit dangereux pour l'environnement et produit corrosif.

Afin de limiter les risques liés à l’utilisation de PPP, on peut privilégier les alternatives non-chimiques pour l’entretien de ses espaces verts.

Favoriser la biodiversité au jardin grâce à une bande fleurie spontanée ou à semer soi-même, poser un nichoir, des haies, un hôtel à insectes, ou éviter de tondre la pelouse avant la mi-juin sont des pratiques que vous pouvez entreprendre pour lutter contre les ennemis de vos plantes sans utiliser de PPP. En effet, vous attirerez ainsi un grand nombre d’insectes et d’animaux utiles, appelés « auxiliaires ». Les auxiliaires sont des organismes vivants très précieux permettant de préserver l’équilibre fragile des écosystèmes. La coccinelle, ennemie naturelle des pucerons, en est un exemple. Les auxiliaires comprennent également les pollinisateurs (bourdons, abeilles sauvages, etc.), indispensables pour transformer les fleurs de votre potager en délicieux fruits et légumes.

Le printemps est l’occasion idéale pour se tourner vers de nouvelles pratiques et réduire la quantité de produits chimiques ! Retrouvez d’autres conseils et alternatives aux produits chimiques pour le jardin dans la brochure « Moins de pesticides », téléchargeable sur www.ipalle.be.

Si vous avez néanmoins recours à des pesticides, ne les jetez pas à la poubelle : ces déchets doivent être traités par une filière spécialisée. Il est donc nécessaire d’apporter vos emballages, qu’ils soient vides ou qu’ils contiennent des restes de pesticides, au recyparc.

Les bonnes pratiques au jardin : jeu-concours en ligne

A l’occasion du printemps sans pesticides, l’asbl Corder, Adalia 2.0, la Wallonie et les intercommunales wallonnes de gestion des déchets organisent un jeu-concours ! Tentez de remporter des lots d’une valeur allant jusque 100 € en répondant, entre le 20 avril et le 20 mai, au questionnaire en ligne sur www.pwrp.be.

Actions sur le document